Start contact links rondrit Economie&Werk

 

 

 
 

Aéroport d’Ostende, rapport annuel des tonnages de fret 2008  

 

Histoire d’un aéroport à la dérive

 

En 2008, la faillite de la déclaration d’intention de Vande Lanotte avec MK Airlines (1) aussi bien que la gaffe que constitue la charte d’aéroport signée en janvier 2003 (2), sont amplement confirmées.

Le tonnage total en 2008 se termine à un décevant 82.920 tonnes, soit une baisse de 23,9% par rapport à l’année précédente (108.953 tonnes).

 

MK Airlines, l’orgueil de l’aéroport, a été placé sous curatelle au mois de juin. Depuis lors un hangar, tout récemment spécialement construit pour MK avec des fonds d’impôts, s’y trouve inutilisé. Le nombre de vols MK s’est réduit de 42% (de 473 à 276 vols).
Egypt Air, l’opérateur le plus assidu de l’aéroport, de sa part a réduit ses vols (223) de 12% par rapport à 2007 (254), de 19% par rapport à 2006 (275) et de 39% par rapport à 2005 (366), confirmant ainsi la tendance générale à la baisse.
 

Nombre de vols MK et Egypt Air

 

2006

2007

2008

Egypt Air

275

254

223

MK Airlines

407

473

276

 

Afin de limiter le déclin, les vols en transit ont été augmentés de 50%, de 198 à 297. Du total de 82.920 tonnes, environ 14.000 étaient en transit. Dès lors seulement 69.000 tonnes sont à considérer comme étant du tonnage effectif non en transit, ce qui est particulièrement humiliant en comparaison avec les 107.980 tonnes effectifs non en transit en 1999, année où des vols en transit étaient inexistants.

 

Tableau et graphique ci-dessous comparent les tonnages mensuels des années 2006, 2007 et 2008. Il est symptomatique de devoir constater qu’aucun tonnage mensuel de 2008 parvient à dépasser ceux de 2006, une année pourtant considérée comme désastreuse par rapport à l’année précédente 2005.

 

Tonnages par mois

 

Jan

Fév

Mar

Avr

Mai

Jun

Jul

Aou

Sep

Oct

Nov

Dec

2006

8053

6968

8208

8029

7304

8019

6994

7030

7488

9486

9923

11023

2007

10432

8861

9529

9911

9555

11184

9372

9135

8026

7259

7303

8386

2008

7053

6919

6367

7751

4604

5858

6621

6887

5112

7781

8391

9575

 

 

Durant les 2 derniers mois, 2008 a marqué une augmentation d’au moins 10% par rapport à une fin d’année inhabituellement faible en 2007. Par ailleurs, cette augmentation était principalement due à une soudaine recrudescence des vols en transit liés à la guerre au Moyen-Orient, notamment 33 vols exécutés par des avions avec une charge utile d’au moins 120 tonnes.

 

A l’exception de l’année 2003, 2008 est en termes de tonnage (y compris fret en transit) décidément l’année la moins performante depuis l’interdiction d’atterrissage en 2002 des avions Iljushin-76 et autres avions dit ‘stage II’.

 

Tonnages annuels

2003

2004

2005

2006

2007

2008

78066

97582

108260

98525

108953

82920

 

 

 

L’opinion publique a été trompée inlassablement avec des chiffres fantaisistes, visant à créer l’illusion d’un succès prétendu irréversible

 

Lors de sa requête de mai 2004 pour l’obtention d’une nouvelle autorisation de vingt ans, conformément aux directives environnementales en vigueur, la direction de l’aéroport se proposait une croissance de fret, selon elle pourtant modérée (3). Celle-ci est représentée ci-dessous et comparée avec les résultats effectifs.

 

 

 

Croissance de fret 2004, pronostiquée par la direction de l’aéroport

 

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2014

Pronostic

78000

150000

250000

350000

400000

450000

500000

750000

Réalisé

78066

97582

108260

98525

108953

82920

?

?

% Réalisé

100,1%

65,1%

43,3%

28,2%

27,2%

18,4%

?

?

 

 

Dès la première année (2004) les prévisions proposées s’avèrent déraisonnables et à peine 65% de l’objectif est atteint. Dans l’année écoulée 2008 le résultat effectif est même inférieur à 20% du pronostic.


Une tromperie comparable était présentée par le leader politicien Ostendais Johan Vande Lanotte, lorsque celui-ci promulguait sa déclaration d’intention avec MK Airlines
(4). Selon son pronostic, daté de novembre 2005, MK Airlines réaliserait l’année même 70.000 tonnes. Le tonnage total réalisé en 2005 était de 108.260 tonnes, dont 26.388 tonnes étaient en transit. Dès lors seulement quelques pauvres 12.000 tonnes étaient, selon Vande Lanotte, attribuables à l’ensemble de tous les autres opérateurs de fret, …ce qui fait preuve de mépris et de malhonnêteté concernant l’apport de fret réel notamment d’Egypt Air, l’opérateur le plus fidèle ayant effectué en 2005 pas moins de 366 vols sur Ostende.

Toujours selon la même déclaration d’intention, MK Airlines aurait dû atteindre 150.000 tonnes en 2007 ou 41.000 tonnes de plus que le tonnage réellement atteint (108.953 tonnes) par l’ensemble des opérateurs de fret, …dont MK Airlines, manifestement peu fiable. Les prévisions avancées par Vande Lanotte ne se limitent pas à un populisme pur et simple, elles ne sont rien d’autre qu’une tricherie intentionnelle.

 

A l’initiative de Vande Lanotte une charte d’aéroport (5) a été établie en janvier 2003, visant à y doubler endéans une période de 5 ans l’emploi ainsi que la plus-value économique, jusqu’alors inexistant. La promesse de publier en cours de route une évaluation périodique des deux objectifs visés, a été sournoisement négligée. Six années ont passé depuis lors. Ni un début de plus-value ni une augmentation de l’emploi ont été constatés. Par contre, le mutisme est complet.


En tant que socialiste proéminent, se qualifiant de socialement et écologiquement engagé, Vande Lanotte, promoteur par excellence de l’aéroport, approuve sans réserve l’apport de fret aérien principalement originaire d’Afrique centrale, à savoir des produits périssables, des fleurs, du poisson et des légumes. Ces biens de consommation destinés pour le marché européen sont produits en Afrique par des sociétés sous contrôle européen, d’une part irrespectueuses de la structure sociale propre à la population locale africaine (6) et d’autre part faisant concurrence directe à notre propre production agricole et de pêche, en problème de survie. Ceci constitue un exemple du dictat du marché libre, insoucieux de règles éthiques, socioculturelles ou écologiques et preuves à l’appui, invariablement mis à profit à Ostende, ville pourtant sous tutelle dit “socialiste”.

 

En outre depuis son entrée dans la politique ostendaise et en tant que promoteur, Vande Lanotte  est parfaitement au courant de toutes les activités à l’aéroport, y compris ses implications dans des transports illégaux d’armes vers cette même Afrique. Aussi Amnesty International mentionne-t-elle dans son rapport de mai 2006 un nombre de sociétés aériennes, impliquées dans ces transports illégaux et par ailleurs visiteurs assidus à Ostende. Dans ce même rapport Amnesty montre du doigt l’ingérence politique en désignant l’aéroport d’Ostende comme une institution, “where economic or political factors have made the scrutiny of cargoes a rare event”.


Malgré tout Vande Lanotte s’accroche à son credo, comme sauveur d’un projet mégalomane, basé sur des considérations très contestables et dépourvu de la moindre plus-value économique.

 

 

 

 

free web tracker